Duo Symbiose

Julie Goussot et Rodolphe Lospied forment un duo touchant de musicalité et pleine de complicité. Ils nourissent cette passion du répertoire mélodiste et de lieder au sein du CNSM sous les conseils de David Selig, Charles Bouisset et de Hartmut Höll.

Avec leurs deux sensibilités, ils offrent une palette de couleurs uniques. Une soprano aux graves profonds et des aiguës ronds, un pianiste au son nourri forte jusqu’au piano éthéré, ne peut qu’être de la musique de chambre délicate.

Leur polyvalence leur permet de jongler entre le répertoire du lied, de mélodie jusqu’à l’art de la musique baroque. En plus d’être un grand mélodiste, Rodolphe est diplomé du conservatoire de Bordeaux de son DEM en clavecin avec mention. Julie se tournera davantage vers le répertoire de lieder, de par la qualité de sa voix et de son interêt pour la linguistique. Archéologues à leurs heures perdues, ils alimentent leur passion commune pour découvrir du répertoire oublié, un vrai moteur artistique qui les nourrit partition après partition.

Généreux dans la vie que dans la musique, venez découvrir leurs récitals :

  • Bal(l)ades : voyage au coeur de l’Europe
  • Divine mélodie : les compositrices à l’aube du XXème siècle

S’il y a un genre dans lequel ces femmes compositrices ont révélées leurs talents : c’est bien dans le répertoire de la mélodie. À travers ces poèmes délicats, elles ont réussies à saisir l’inconstance des émotions et la fugacité des sensations évoqués par le poème.
Par cette sensibilité, elles soulignent le juste essentiel d’une émotion ineffable. Les femmes ont souvent été décrit, par notamment les cycles célèbres Mädchenblumen de Richard Strauss ou Frauenliebe und Leben de Robert Schumann. Mais qu’en est il de la parole des directes concernées ?
Les compositeurs ont jouis d’une visibilité qu’ont moins profité leurs égales. Il n’est jamais trop tard pour y remédier. Mettons en lumière leur étoffe méritée en présentant des mélodies et compositrices méconnues.

« Elles seraient certainement célèbres si leur auteur n’avait le tort, irrémédiable auprès de bien des gens, d’être femme » Camille Saint-Saëns

  • Les indignées : magiciennes, reines et déesses outragées

L’inspiration des fureurs féminines a été au coeur du baroque, couvrant plusieurs écoles et des pages entières de folie virtuose. Dans ce programme on a souhaité explorer plusieurs personnages et leur réaction passionnée à la déception, à l’outrage ou la blessure amoureuse. Des imprécations de Junon à la désolation de Cidippe, ce programme est construit comme un parcours des hauteurs olympiennes aux profondeurs des enfers et ses créatures. On couvre un éventail d’émotions et d’esthétiques traversant toutes les expressions de l’opéra baroque.

  • Cantate bien-aimée

Une sérénade à l’honneur des femmes et chantée par des femmes, n’est il pas charmant d’exprimer soi-même des mots que l’on nous susurre tendrement ? Longtemps ombragées par leur alter, prenons le temps de tendre l’oreille en appréciant les qualités des ces compositrices rarement jouées, mais pourtant pas en reste de répertoire.

Nous serons très heureux de mettre notre bonne humeur et notre amour de la musique à votre service ! N’hésitez pas à nous contacter !